Le système immunitaire, une machine de guerre complexe et efficace

Dès que l'un de ces envahisseurs arrive à passer dans notre corps, une véritable armée passe à l'attaque pour tenter de le détruire. Une première ligne de soldats va stopper l’ennemi : leucocytes macrophages et monocytes, lymphocytes B, T, NK (natural killers) ; les plasmocytes vont secréter des anticorps, protéines complexes utilisées par le système immunitaire pour détecter et neutraliser les agents pathogènes de manière spécifique. On ne s'en rend pas compte mais cette armée passe son temps à nous débarrasser des intrus !

Ces cellules sont présentes majoritairement dans les organes lymphoïdes la moelle, le thymus, et au niveau de la muqueuse intestinale.

Notre système immunitaire est déjà actif à la naissance, c'est ce qu'on appelle l'immunité innée, mais il continue à se construire et se perfectionner tout au long de notre vie. C'est ce qu'on appelle l'immunité acquise. On parle alors de mémoire du système immunitaire capable de se souvenir de ses agresseurs et de les combattre plus rapidement lors d'une nouvelle intrusion.

  • Une machinerie qui peut avoir quelques dérèglements…

C’est le cas des allergies  qui concernent plus de 30% des français. Il s’agit d’un phénomène d'exagération pathologique de la réponse immunitaire (en particulier de la réaction inflammatoire) face à un antigène généralement étranger à l'organisme - on parle plus précisément dans ce cas d'allergène).

C’est le cas également des maladies auto-immunes dans lesquelles les défenses immunitaires se dirigent contre des composants de son propre corps (par exemple, la maladie de Basedow –thyroide- ou l’anémie de Biermer-globules rouges).

Un autre cas est celui des « bébés bulles » que l'on place dans des enceintes stériles ou 'bulles' de protection. Sans lymphocyte T, leur organisme n'a pas les moyens de se défendre contre les infections.

Des défenses à renforcer surtout en hiver

  • Des causes

De nombreuses causes peuvent être à l’origine d’une baisse immunitaire : une alimentation mal équilibrée, une exposition aux toxines et polluants atmosphériques (tabagisme, métaux lourds…), le stress (induisant un manque de sommeil), le vieillissement…  Les nourrissons et les jeunes enfants, qui ont un système immunitaire encore immature, sont également des cibles privilégiées.

  • Des symptômes

Divers symptômes peuvent nous signaler une défaillance de notre système immunitaire : fatigue persistante, infections à répétition, cicatrisation plus longue, mauvaise réaction aux vaccins.

  • Des actions

  • Les probiotiques

L’intestin héberge 80% de nos défenses par la présence, le long de la muqueuse, de cellules immunitaires. Une flore intestinale de bonne qualité et une muqueuse intègre sont donc des facteurs essentiels pour une bonne immunité.

Les probiotiques sont des micro-organismes ingérés vivants, capables d’exercer des effets bénéfiques sur l’hôte par action sur l’écosystème intestinal. Ils permettent une meilleure digestion et assimilation des nutriments, participent à la synthèse des vitamines du groupe B et de la vitamine K. Ils repoussent les germes grâce à un effet barrière tout en activant les cellules immunitaires de la paroi intestinale. Ils restaurent une flore normale après son altération suite à un  traitement antibiotique par exemple.

Pensez, par exemple, au lactibiane Pilege, Ergyphilus Nutergia, Biogaia

  • La phytothérapie

L’échinacée possède des propriétés immunostimulantes mais aussi antivirales et légèrement antibactériennes. Elle protège contre les infections du système respiratoire et réduit la durée des symptômes.Afficher l'image d'origine

L’euthérocoque, le ginseng, la rhodiola, le shitake sont des plantes « adaptogènes »,  qui augmentent la résistance de l’organisme aux agressions aussi bien externes (stress, efforts intenses, fatigue…) qu’internes. Elles combattent la fatigue, augmentent la résistance au stress, et possèdent des propriétés immunostimulantes. Ce sont les plantes de choix lorsque l’on veut booster ses défenses en période de fatigue physique ou /et intellectuelle, ou en période de stress.


Afficher l'image d'origine

La gelée royale est riche en nutriments (vitamines du groupe B, A, C), en minéraux, acides aminés essentiels et oligo-éléments, elle renforce les défenses naturelles et aide à lutter contre la fatigue.

L’extrait de pepins de pamplemousse est un excellent antiseptique naturel,  traditionnellement utilisé pour assainir les voies digestives. Il permet également de favoriser le  rétablissement en favorisant le dynamisme de l’organisme, grâce aux bioflavonoides et à la vitamine C qu’il contient, connus pour leurs propriétés anti-oxydantes.

  • L’homéopathie

Les plus fidèles pour stimuler l’immunité sont le Ribes nigrum bourgeons (cassis) et le Rosa Canina bourgeons  (églantier), particulièrement indiqués chez l’enfant dans la prévention des infections ORL à répétition. Le sérum de Yersin est un remède biothérapique homéopathique immunostimulant (une dose 9CH deux fois par mois).

  • Les huiles essentielles

Pin sylvestre, Eucalyptus radié, Ravintsara, Niaouli, Tea-tree  aident à renforcer et à maintenir les défenses naturelles de l’organisme. Elles ont aussi des propriétés anti-virales et anti-infectieuses. On les trouve sous forme unitaire en gouttes ou en capsules aromatiques.

  • Les vitamines, minéraux et  oligoéléments

Ce sont des éléments indispensables à la croissance et au maintien de l’équilibre vital. Le stress oxydant excessif diminue la résistance et la vitalité de l’organisme.

La vitamine A (anti-infectieuse), la vitamine D (vitamine de l’immunité), la vitamine C (anti-oxydante) sont à privilégier.

Le zinc  est un élément important de l’immunité car il permet aux globules blancs de proliférer, avec l’aide des vitamines B9 et B12.Une carence en fer conduit à une baisse d’énergie et des capacités des défenses anti-infectieuses.

Le cuivre, l’or et l’argent sont les trois oligoéléments qui participent le mieux aux mécanismes naturels de défense.

  • L’alimentation

Privilégiez une alimentation variée :

  • Avec des fruits et légumes de saison

  • Avec l’utilisation d’huiles vierges de 1ère pression à froid, olive et colza pour un apport bien équilibré en oméga 3 et 6.

  • Avec des poissons gras riches en oméga3.

  • En associant céréales (complètes) et légumineuses (riz, soja, semoule, pois chiche…)

  • Avec des oléagineux (noix, noisettes, amandes)

  • Sans oublier les produits laitiers, de préférence chèvre et brebis (Préférez les laits fermentés, riches en souches probiotiques choisies pour stimuler les défenses naturelles)

  • Limiter les protéines animales à une fois par jour.

  • L’activité physique : L’exercice physique a aussi une action directe sur les défenses immunitaires.

Pensez également à vous oxygéner et à apprendre à respirer de façon optimale. L’oxygène est un puissant oxydant et destructeur des microbes surtout anaérobies, il stimule les défenses.

 

Même si la réussite n’est pas de 100%, une bonne prise en charge nutritionnelle et une complémentation (probiotiques, vitamines, oligoéléments, phyto…) vont augmenter les chances de passer au travers de la grippe et des maux de l’hiver, en particulier pour les personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Inutile de prendre chaque matin un cocktail de gélules ! Vous trouverez facilement un choix de produits adaptés à l’adulte ou à l’enfant en fonction de l’état de votre système immunitaire, associant probiotiques, vitamines, minéraux… : par exemple, Bion3, actiflash, berocca, dynergie, AZinc… ; pour les enfants, les ours à croquer Nat&form immunité, les comprimés à croquer AZinc ou le sirop Pediakid immuno-fort.

Alors, prêts pour la self-défense ?